Blogue

Crédit photo: Catherine Desautels

DÉFI KAYAK DESGAGNÉS (DEUXIÈME PARTIE)

Jouer dans l’eau avec la météo

Publié le 13 août 2017, Par Anne Pélouas

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Après une première journée idyllique, le ciel est gris au matin suivant mais ne laisse pas présager de forts vents. Une heure après le départ sur l’eau à Sorel-Tracy, les 90 participants du Défi Kayak Desgagnés débouchent sur le lac Saint-Pierre. Nous ne quitterons pas cet immense plan d’eau de la journée!

Le vent s’est levé et les vagues aussi... Les kayaks défilent dans le chenal de navigation au beau milieu du lac Saint-Pierre. Le passage des bouées nous sert d’indicateur de vitesse, incluant la force du courant dont nous profitons encore un peu. Toute la matinée, il faudra de l’endurance et un bon moral pour affronter les vagues. A midi, le groupe rejoint la rive nord du fleuve pour la pause piquenique à la pourvoirie du Lac Saint-Pierre. Puis, il faut prendre une décision : repartir ou non, avec 44 kilomètres à parcourir sans grand courant pour nous faciliter la tache ! Mathieu Fortier, cofondateur de Jeunes Musiciens du Monde au profit duquel les kayakistes ont amassé des fonds,  prévient la troupe: « il n’y aura de porte de sortie avant de passer sous le pont Laviolette ». Les deux tiers des kayakistes décident pourtant de continuer le périple.

Cinq heures plus tard, ils débarquent sur la belle plage du parc de l’île Saint-Quentin, à Trois-Rivières. « Nous avons encore eu des vagues pendant les deux première heures, puis l’eau s’est calmée », raconte un participant. « Mais le lac Saint-Pierre, ajoute-il, c’est long à traverser; c’est même long longtemps »… Le groupe a eu droit à « une bonne averse mais tout s’est bien déroulé », note Sylvain, l’un des guides nautiques du Défi.

Rituel

Chaque soir, le même rituel se répète: monter sa tente, prendre une douche puis une bière ou un verre de vin pour l’apéro en partageant ses impressions de la journée; souper sous la tente chapiteau, discuter au coin du feu et se coucher tôt…

Six heures du matin : la pluie tambourine sur la toile de tente mais l’espoir fait vivre! On range tout son stock dans un grand sac qui partira en bus ou en camion. Plus la tente mouillée.

Après le petit déjeuner, la pluie a cessé. Mathieu fait le point : « il y a un bon grain qui s’en vient sur le fleuve et comme notre responsabilité première est la sécurité, il a été décidé de ne pas partir ce matin. La déception se lit sur les visages mais la compréhension aussi. « Ça fait partie de la partie mais on espère pouvoir vous remettre à l’eau en après-midi », ajoute-il.

De fait, l’après-midi sera nettement plus clément. Sur la plage de Batiscan, les kayaks bien alignés attendent le signal du départ. Après le lunch, préparé chaque jour - comme tous les délicieux repas - par quelques valeureux bénévoles, on met à l’eau… Il faudra plus de quatre heures pour rallier Portneuf, 35 kilomètres au compteur. Le courant, passablement fort, nous aide grandement mais le parcours demeure exigeant. Passé Cap Évrard, face à Sainte-Anne-de-la-Pérade, on longe les battures de Cap à la Roche. Il fait chaud depuis longtemps sur le fleuve quand la marina de Deschaillons est en vue. Le bateau de tête nous promet « une surprise » sans dire laquelle. Quelques minutes plus tard, une plage se découvre sous nos yeux. Une pause de trente minutes nous est accordée. L’occasion est trop belle pour ne pas plonger dans l’eau fraîche…

Le groupe s’étire un peu ensuite dans le chenal. En ce samedi, pas âme qui vive sur le grand fleuve, hormis un gros porte-conteneurs qui nous fait des vagues. Au moment où l’on désespère un peu d’arriver bientôt, le bateau de tête vire à 90 degrés à gauche, face à  la pointe Platon. Direction: l’église de Portneuf. Un regain de vitalité nous anime. Encore quelques bouées à dépasser; encore quelques eaux bouillonnantes à traverser et les mats de bateaux dépassent enfin du quai de Portneuf à l’arrière duquel nous allons débarquer pour notre campement du soir. Aujourd’hui, courant aidant, nous avons établi un record de vitesse : 18 km/h…

ARTICLES CONNEXES:

DÉFI KAYAK DESGAGNÉS (PREMIÈRE PARTIE)
DÉFI KAYAK DESGAGNÉS (TROISIÈME PARTIE)

suivez l'aventure:

Page Facebook du Défi kayak
Page Facebook du Magazine Découvertes

Partagez l'article!


Derniers articles

ULTRA-TRAIL HARRICANA 2017 - L'ANNÉE DE TOUS LES RECORDS
ACTUALITÉS - DÉCOUVERTES LANCE UNE ÉDITION NUMÉRIQUE SURPRISE
DÉFI BLOGUEURS FRANCE NATURE - LE MAGAZINE DÉCOUVERTES SE JOINT À RACHEL LATOUR POUR L'AVENTURE
ACCÈS GRATUIT DANS LES PARC NATIONAUX DE LA SÉPAQ

Recherche

Lire le magazine en ligne »

s'inscrire à l'infolettre

Calendrier des activités