Blogue

L’«arche de Noé» Canada C3 passe par le Québec

Publié le 21 juin 2017, par Anne Pélouas

Partie le 1er juin de Toronto à bord d’un brise-glaces, l’expédition Canada C 3 (Coast to Coast to Coast) transite présentement par le Québec. Plus de 300 Canadiens de tous horizons et âges s’y relaient, par étapes de 7 à 12  jours. La première à permis de relier Toronto à Montréal et la seconde vient de se terminer.

À Baie-Comeau jusqu’à jeudi, le bateau portant les couleurs du 150ème anniversaire du Canada va continuer sa route vers la Gaspésie (jeudi à Petite-Vallée) puis vendredi à Mingan avec arrêt à Anticosti, Les Iles de la Madeleine et Petit-Rocher, dans la Baie des Chaleurs. Il quittera ensuite le Québec pour passer une bonne partie de l’étape suivante dans les provinces maritimes (Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve) avant de filer plus au nord vers la mer du Labrador, le Passage du Nord-Ouest, la mer de Beaufort et finalement le Pacifique ! Arrivée le 28 octobre, au terme d’un périple de 23.000 kilomètres en 150 jours.

Le « projet-signature » du 150ème anniversaire du Canada, piloté par la fondation Students on Ice, se veut « un voyage transformateur permettant de mieux prendre conscience de notre vaste et magnifique pays, ainsi que des fantastiques perspectives qu’il nous offre », selon le chef d’expédition Geoff Green.

Au Québec comme ailleurs, les participants font un peu de tout : des sorties culturelles au gré des évènements en cours aux arrêts (Montréal, Québec…), en insistant sur les rencontres avec des communautés autochtones locales, comme des balades en nature. Ils visitent ainsi de nombreux parcs nationaux et provinciaux. Au Québec, ils ont ainsi découvert Grosse Ile et son histoire dramatique comme lieu de « quarantaine » où de nombreux immigrants sont morts, et le parc national du Fjord-du-Saguenay. Les arrêts à Anticosti et dans l’archipel des Iles Mingan promettent aussi de belles sorties extérieures.

À bord, participants et équipage côtoient d’autres invités, scientifiques, artistes, aînés autochtones, historiens, journalistes ou enseignants ainsi que de jeunes « ambassadeurs ». 33 jeunes de 18 à 25 de diverses régions du pays (dont six Québécois) ont en effet été sélectionnés pour leur qualité de chefs de file et leur dévouement envers leur communauté. 

L’expédition a un volet scientifique important.  Le bateau a en effet plusieurs laboratoires à son bord et 23 projets de recherche y sont menés, notamment sur la cartographie de l’ADN de la biodiversité, l’environnement sonore océanique et les micro-plastiques. À ce titre, Lyne Morissette, scientifique québécoise, a mis les passagers de l’étape 2 au défi de ramasser en 90 secondes dans un sac ziploc de deux litres le plus de déchets et de plastiques sur les rives du Saint-Laurent. « L’idée, explique-t-elle, est de montrer aux gens la présence incroyable de débris de plastique et autres déchets  de toutes sortes qui se trouvent dans les eaux du fleuve ». Le volet éducatif est aussi un élément clé de l’expédition avec une « classe virtuelle Canada C3 »  qui propose plusieurs expériences d’apprentissage  conçues pour des élèves et enseignants.

Pour suivre l’expédition, y compris via une carte interactive :  www.canadac3.ca

Vidéo


Partagez l'article!


Derniers articles

ULTRA-TRAIL HARRICANA 2017 - L'ANNÉE DE TOUS LES RECORDS
ACTUALITÉS - DÉCOUVERTES LANCE UNE ÉDITION NUMÉRIQUE SURPRISE
DÉFI BLOGUEURS FRANCE NATURE - LE MAGAZINE DÉCOUVERTES SE JOINT À RACHEL LATOUR POUR L'AVENTURE
ACCÈS GRATUIT DANS LES PARC NATIONAUX DE LA SÉPAQ

Recherche

Lire le magazine en ligne »

s'inscrire à l'infolettre

Calendrier des activités