Blogue

Crédit photo: Armand Comeau

LECTEURS À L'AVENTURE - SPECTACULAIRE RANDONNÉE AU YUKON

Un récit d'Armand Comeau

Publié le 14 novembre 2017,

Au réveil ce matin-là, près de la plage du lac Kluane, où nous avons dormi aux doux sons des flots, nous apercevons, à travers le pare-brise de notre vieille Westfalia 1983, le sommet et la crête de Tachäl Dhäl du parc Kluane. Vue de loin, cette randonnée nous paraît assez facile. Une petite marche de santé quoi ! Il n’en sera pas tout à fait ainsi.

Selon Parcs Canada, l’autonomie et l’expérience de randonnée en région sauvage sont essentielles pour faire ce parcours. Le défi, en dehors du grand dénivelé positif qu’il faut affronter dès le début, est le fait qu’il n’y ait pas de sentier balisé pour cette randonnée. La réalité est toutefois plus nuancée. La longue montée de plus de 1 300 mètres ne propose peut-être pas de sentier que l’on peut suivre facilement, par contre cette section se fait sur une crête, assez facile à suivre. Une fois au sommet il faut prendre la direction de la vallée de la rivière Slim et suivre une longue arête sommitale. Ainsi, même s’il n’y a pas de balisage, il est facile de suivre un parcours via le piétinement des marcheurs précédents au fil des années. Malgré cela, si on suit aveuglément certaines sections piétinées on peut aussi se retrouver sur un des nombreux sentiers de mouflons. Il faut être prudent et bien juger des situations.

LE PARCOURS

Ce parcours est très exigeant. Nous l’avons déjà indiqué, le dénivelé de plus de 1 300 mètres dès le départ, sur une distance de 2,5 km. C’est tout un défi ! Comme il n’y a pas de point d’eau et qu’il faudra parcourir plus de 16 km au total, il faut amener suffisamment d’eau pour subvenir aux besoins.

La montée se fait à partir de la route de l’Alaska, près de l’aire de mise à l’eau sur le versant sud-est où l’on peut stationner. Cette crête est escarpée. Un petit sentier marqué par un cairn monte sur la crête sur 460 m de dénivelé avant que le sentier s’éparpille et ne soit plus vraiment facile à reconnaître. Il y a des accès à la crête principale, mais tous assez complexes à franchir. Certaines sections ressemblent davantage à de l’escalade, mais c’est de courte durée. Une fois cette section passée, à part deux collines à franchir pour se donner une vue du parcours, le reste est relativement facile à suivre puisque l’on aperçoit de loin le sommet à atteindre. Il n’y a pas de sentier ni de balisage, mais le dégagement du terrain dans ces sections alpines facilite la progression vers ce premier sommet.

La vue est spectaculaire tout au long de la montée. Il s’agit de se retourner à l’occasion pour admirer le lac Kluane à l’est et le paysage montagneux au nord et au sud. Pour certains randonneurs cette vue est suffisante et ils redescendent par le même chemin.

Le point le plus au nord de la crête ascendante est donc le premier des sommets de cette arête. De là, nous sommes de nouveau récompensés par une vue à couper le souffle avec la chaîne de montagnes Ruby, le mont Wallace, le plateau Kluane, la montagne Outpost, le plateau Sheep-Bullion et la chaîne montagneuse au loin de Red Castle. Cette dernière est une formation géologique unique dans cette partie du parc en raison de sa couleur rouge-orangé.

Après une pause lunch, quelques photos et une tournée exploratoire du premier sommet, nous tournons direction sud et ensuite direction sud-ouest sur l’arête de quelques kilomètres qui nous fera voir des paysages absolument magiques tellement l’émotion ressentie est forte. 

Nous franchissons rapidement un deuxième sommet (le mont Sheep) qui sera un point tournant de cette randonnée, car à partir de là tout le paysage nous sera livré à perte de vue sur plusieurs kilomètres de marche. La vallée de la rivière Slim et le glacier Kaskawulsh, que l’on entrevoit au loin, sont des exemples du spectacle qui nous est offert. Les hauts sommets enneigés de l’arrière-pays du parc Kluane sont spectaculaires et nous voyons de façon plus claire le mont Wallace, le Red Castle et l’immense plateau Bullion.

Nous faisons plusieurs pauses, prenons des photos, sachant malheureusement qu’elles ne rendront pas complètement justice à ce décor.

C’est aussi dans cette longue section aérienne que l’on verra des mouflons de Dall, certains seuls sur les sentiers, certains en troupeaux.

Nous marchons pendant plus d’une heure pour atteindre un autre sommet de cette longue arête, qui nous offre encore un décor exceptionnel. De là, nous amorçons la descente. Ici il faut être attentif, car il y a deux parcours possibles ; celui menant vers le sud en ligne droite vers la vallée Slim (notre destination) et celui, plus vers l’ouest, vers un ruisseau appelé Forty-eight Pup. C’est ce dernier qu’il faut suivre avant de tourner au sud. Il est moins abrupt que la crête sud et moins dangereux. Il conduira quand même, de façon plus sécuritaire, les randonneurs vers la destination finale, la vallée de la rivière Slim.

Sur ce parcours, il est important de savoir que la présence des ours interdit d’y passer la nuit. Il est recommandé aussi d'entreprendre cette excursion tôt dans la journée en raison de sa durée et  du fait que les matins plus frais vous faciliteront la tâche pour l’ascension initiale. 

Après une descente de plus de deux heures, nous nous retrouvons dans le stationnement du sentier du mont Sheep et la route du parc. Si nous avions eu deux voitures, c’est là que nous aurions pris la deuxième pour faire les derniers 5 km pour rejoindre la première voiture. Mais comme ce n’est pas le cas, nous devons marcher ce retour vers la route de l’Alaska jusqu’à la descente de bateau du lac Kluane en passant par le Centre de service du parc. Un retour qui nous est paru interminable. Outre ce petit détail, nous gardons des souvenirs intarissables de cette aventure plus grande que nature!

À propos de l'auteur

Armand est un adepte de plein air depuis plus de 25 ans. Il a déjà affronté plusieurs randonnées et sommets, tant au Québec qu'ailleurs au Canada et dans le monde. Ses terrains de jeux préférés sont les divers parcs québécois,  les montagnes Blanches (NH) et les montagnes Vertes (VT). Il se rend occasionnellement dans les Alpes, sur l'Himalaya et dans les Rocheuses pour faire de courtes et de longues randonnées. Outre cela, le Gr20 (Corse), le Laugavegur (Islande), les Présidentiels (NH), les Chics-Chocs, la Traversée de Charlevoix, le sentier des Caps et du Fjord font partie de ses sorties des dernières années. Il réalise quelques sommets mythiques, dont le mont Blanc dans les Alpes.

 

VOUS VOULEZ VOIR VOTRE RÉCIT DANS DÉCOUVERTES?

Que ce soit pour nous raconter une expédition sur l'Everest, une sortie en kayak entre amis ou bien un week-end en famille dans un parc national; tous les sujets touchant le plein air, le sport et le voyage sont acceptés.

En plus d'être publiés sur notre site web, les auteurs des récits choisis seront automatiquement inscrits à un concours spécial, qui sera lancé dans la nouvelle édition de Découvertes, en décembre 2017!

Qu'attendez-vous? Sortez votre meilleure plume et partagez vos aventures avec des dizaines de milliers de lecteurs! 

Afin d'augmenter vos chances d'être publié, nous vous invitons à inclure:

- Un texte  en français d'un minimum de 250 mots

- Plusieurs photos de bonne qualité

- Une brève biographie

Cliquez-ici pour soumettre un sujet

Partagez l'article!


Derniers articles

LECTEURS À L'AVENTURE - LA ROUMANIE GRANDEUR NATURE
LE TRISTE SORT D'UN OURS POLAIRE AFFAMÉ FAIT LE TOUR DU WEB (VIDÉO)
LE FATBIKE S'INSTALLE AU PARC NATIONAL DE LA YAMASKA
LIGNE ÉLECTRIQUE NORTHERN PASS - BATAILLE GAGNÉE POUR LE MONT HEREFORD

Recherche

Nouveau : Magazine virtuel »

s'inscrire à l'infolettre

Calendrier des activités