Article plein air d'ailleurs

Photos Tourisme Î.-P.-É.

UN SÉJOUR REMPLI D'ACTIVITÉS À L'ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD

Pêche, bateau, camping et plus encore!

Publié le 17 juillet 2018, par Charlotte Nadeau

Nous nous réveillons tôt, la rosée est fraiche; aucun doute, nous sommes bien arrivés à l’Île-du-Prince-Édouard pour notre road trip d de rêve. Pendant trois jours, l’île de 240km de long est notre terrain de jeu. À nous, les plages de sable rouge et les fruits de mer.


Jour 1

Nous roulons à partir de 25 minutes à l’ouest de Charlottetown jusqu’au village de Victoria, sur une route avec vue sur le détroit de Northumberland. Ancien village de pêcheurs revitalisé, Victoria est aujourd’hui le domicile de nombreux artistes, et la créativité de ses habitants se fait sentir partout autour de nous.

C’est au port que nous avons rendez-vous avec Paul, de By-the-Sea-Kayaking, une compagnie experte en randonnée en kayak depuis plus de dix ans. Nous sommes prêts à nous aventurer sur l’eau calme qui reflète le puissant soleil du début d’après-midi. Nous pagayons une quarantaine de minutes avant de nous poser sur un banc de sable, tout près de dunes rouges typiques de l’Île-du-Prince-Édouard. C’est ici que nous nous posons afin de nous adonner à l’activité principale de la journée, la pêche aux palourdes.

Peuplant en abondance tous les estrans sableux, la palourde fait partie des prises de prédilection du pêcheur à pied, puisqu’elle est facile à pêcher, et surtout, qu’elle est délicieuse. Enfouie à une profondeur de 6 à 15cm, la palourde laisse une marque caractéristique sur le sable. Pour la dénicher, il suffit d’observer, puis de creuser.

Après avoir passé plusieurs heures sur la plage rousse à méticuleusement scruter chaque marque dans le sable en espérant y trouver un coquillage, nous jugeons la prise satisfaisante et nous nous préparons à rembarquer.

Nous pagayons environ une heure pour retourner au port. Paul nous envoie la main au loin. De retour sur la grève, nous rassemblons le matériel et les ingrédients nécessaires à la concoction de notre repas de roi, une chaudrée de palourdes fraîches. Après avoir fait bouillir les mollusques, nous les nettoyons, les ouvrons et les coupons. Paul nous guide dans la préparation de ce plat traditionnel, et surtout très populaire, de l’Île-du-Prince-Édouard.

C’est au magnifique coucher du soleil sur les collines que nous rentrons à Charlottetown.


Jour 2

Ayant particulièrement apprécié notre après-midi de pêche aux palourdes, nous sommes très excités à l’idée de passer la journée sur un bateau et, une fois de plus, de travailler pour nous nourrir. C’est tellement gratifiant!

Nous commençons la journée en prenant la route, cette fois vers l’est, et nous arrêtons à la ville de Georgetown, à une trentaine de minutes de Charlottetown. Dès notre arrivée, nous nous dirigeons vers le quai où nous attend notre capitaine, Perry, de la compagnie Tranquility Cove Adventures. Après nous être présentés à l’équipage, nous montons à bord et défaisons le cordage qui nous rattache au quai. Perry est passionné et possède de grands talents de conteur. Il nous raconte toutes sortes d’histoires au sujet de Georgetown et de ses habitants.

Nous naviguons durant une vingtaine de minutes avant de nous arrêter à un premier boudin, auquelle sont accrochées une dizaine de moules. Pas mal, pour une première prise! Perry nous explique le fonctionnement de la récolte et nous instruit sur l’histoire de cette pratique.

Au second arrêt, nous devons remonter à la surface une cage à crabes et à homards. Ce n’est pas aussi facile que nous l’avions imaginé! En effet, Perry nous fait l’honneur de nous confier cette tâche, mais nous avons beau tirer sur les cordages, nous n’en venons pas à bout à cause du poids. Perry finit le travail, et nous sommes ravis de trouver deux gros homards mâles ainsi que trois crabes de taille moyenne. Satisfaits de nos prises, nous poursuivons notre chemin vers un lieu que Perry connaît et où les phoques ont l’habitude de lézarder au soleil l’après-midi. Nous passons une bonne heure à observer ces heureux mammifères avant de reprendre la route pour la dernière pêche du jour, celle du maquereau, dans l’étreinte du port.

L’équipage nous montre à utiliser l’équipement. Cannes en main, nous attendons patiemment la venue des maquereaux. Ils ne se font pas attendre, ça mord après dix minutes! Après quatre bonnes prises, nous nous redirigeons vers le quai. Perry prépare le poisson et les crustacés, puis allume le BBQ.
Une fois de plus, nous nous délectons d’un repas de la mer on ne peut plus frais, le tout pris de nos blanches mains. Fierté.


Jour 3

Dès l’aube, nous prenons la route vers le nord de Charlottetown. Le chemin est ponctué de magnifiques points de vue sur la baie de St-Peters. Nous nous dirigeons vers le Sentier de la Confédération, un sentier de 425km aménagé sur une ancienne voie ferrée. Le sentier est destiné aux randonneurs à pied et à vélo l’été, et aux motoneigistes l’hiver. Ce parcours fait partie intégrante du sentier transcanadien (Le Grand Sentier) et traverse l’île d’est en ouest.

Nous descendons de la voiture au village de Morell, où nous enfourchons rapidement nos vélos afin de traverser la plus grande distance possible avant le coucher du soleil. Le hic? Le paysage est si beau, et les curiosités, tellement nombreuses, que nous nous arrêtons sans cesse!

Nous nous entendons sur l’objectif du jour, nous rendre au moins jusqu’à Elmira, à 54 kilomètres d’ici. Nous devons faire vite, car nous ne sommes pas équipés pour y passer la nuit. Nous devrons donc faire l’aller-retour avant le coucher du soleil. Heureusement que nous sommes partis tôt, et que la nuit tombe tard à ce temps-ci de l’année.

C’est avec grande fierté que nous atteignons notre objectif en environ quatre heures, ce qui nous laisse un peu de temps pour profiter des magnifiques plages au sable cuivré, avant d’amorcer la route du retour, qui d’ailleurs, le jour tombant oblige, est beaucoup plus rapide que l’aller.

Les jambes en compote et le cœur gros, nous regagnons la voiture, car les heures sont comptées avant que nous devions prendre la route du retour vers le Québec, aux petites heures le lendemain. Île-du-Prince-Édouard, nous reviendrons!

tourismpei.com


 

Vous voulez en savoir plus sur l'Île?

TOUT SAVOIR SUR L'ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD

 


 

Volume - 21

Partagez l'article!


Derniers articles

AVENTURE NORDIQUE AU GROENLAND-LABRADOR
METTRE LE CAP SUR CAP-BRETON
TOUT SAVOIR SUR L'ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD
ROAD TRIP AU NOUVEAU-BRUNSWICK

Recherche

Nouvelle édition »

s'inscrire à l'infolettre

Calendrier des activités